GPS Guide Pharma Santé

Publicité

Vous êtes ici

Selfcare et automédication : des marchés porteurs

L’AFIPA  (Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable) a présenté début 2017 les résultats de son 15e baromètre sur les produits du selfcare. Des perspectives sereines pour ce marché dynamique qui affiche une croissance de 4,8 % en valeur et reste un pilier de la croissance de l’officine.

 

Un marché en pleine évolution

L’AFIPA regroupe, sous l’appellation selfcare, les produits non prescrits, non remboursés, conseillés et vendus exclusivement par le pharmacien d’officine. Les ventes de ces médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires non prescrits ou à prescription facultative représentent désormais plus de 10 % du chiffre d’affaires des officines contribuant à 25 % de leur croissance l’an dernier. Ce marché a évolué de 4,8 % en volume pour un total de 3,88 milliards d’euros en 2016 contre 3,7 milliards d’euros en 2015.

Les ventes de médicaments d’automédication ont progressé de 3,3 % (2,33 milliards d’euros), celles des  dispositifs médicaux de 5 % (817 millions d’euros) et celles des compléments alimentaires de 9,3 % (736 millions d’euros).

De bons résultats qui traduisent aussi la volonté des patients de devenir acteur de leur santé. Pourtant, les entreprises qui mettent au point et commercialisent les produits du selfcare restent vigilantes.

Si le selfcare constitue une réponse aux nouvelles attentes pour se soigner rapidement pour des pathologies bénignes, les industriels affirment manquer de visibilité dans le contexte économique et réglementaire actuel.

 

Top 10 des laboratoires de l'automédication en 2016

Top 10 des laboratoires de l'automédication en 2016

 

La confiance des professionnels

L’étude conduite par OpenHealth (janvier 2016) montre que le développement de l’automédication permettrait de dégager 1,5 milliard d’euros d’économies chaque année.

Les professionnels de santé affirment avoir confiance en l’automédication qui pourrait réduire utilement les files d’attente dans les cabinets médicaux, voire aux urgences, à la moindre pathologie hivernale.

 

Un constat partagé par les professionnels de santé

Un constat partagé par les professionnels de santé

 

L'automédication "épidémio-dépendante"

En 2016, la moitié des produits vendus en automédication concernait les affections des voies respiratoires. En croissance de 3,7 %, leur commercialisation correspond à 708 millions d’euros en 2016. Pourtant, la plus forte hausse enregistrée l’an dernier porte sur les troubles des voies digestives avec des ventes en hausse de 11 % par rapport à 2015. Ce record de croissance est sans doute lié à l’épidémie de gastro-entérite qui a secoué la France et fait subitement bondir de 21 % la fréquentation dans les officines en décembre 2016.

Résultat : ces produits ont généré un chiffre d’affaires de l’ordre de 434 millions d’euros. Ils sont talonnés par les antalgiques dont les ventes s’élèvent à 580 millions d’euros, en augmentation de près de 9 % par rapport à l’an dernier.