GPS Guide Pharma Santé

Publicité

Vous êtes ici

Les chiffres-clés du marché du médicament

83 % de substitution dans le répertoire.

 

En 2020, le chiffre d’affaires de ce répertoire s’élève à 5 milliards d’euros (1,2 milliard pour les princeps et 3,8 milliards pour les génériques), soit 26 % du marché remboursable.

Les médicaments génériques ont permis de réaliser des économies conséquentes au cours de ces dernières années (3,2 milliards d’euros pour la seule année 2018 et près de 27 milliards d’euros depuis 2000, selon le Gemme). Aujourd’hui, plus d’une boîte de médicaments sur trois est un générique, représentant un taux de substitution de 83 % dans le répertoire.

Illustration Générique

 

Des économies supplémentaires pourraient provenir des volumes, au travers notamment d’une augmentation de la prescription dans le répertoire. À ce titre, l’expérience menée par le Collectif du bon usage du médicament, regroupant l’ensemble des acteurs de la chaîne du médicament, a montré qu’il était possible d’agir collectivement sur le bon usage du médicament et de rendre ainsi plus efficiente la prescription médicamenteuse.

Les dispositions initiales de l’article 66 de la LFSS 2019, applicables au 1er janvier 2020, encadrent le recours à la mention « non substituable (NS) », instaurent le principe d’un moindre remboursement en cas de refus de substitution et limitent la base de remboursement de l’assuré à la base la plus chère en vigueur pour les génériques et hybrides correspondants.

 

Depuis le premier janvier 2020, les patients ont donc le choix entre prendre le générique et bénéficier du tiers payant, ou bien prendre le princeps et devoir avancer entièrement les frais en étant remboursés uniquement sur la base du générique le plus cher.

L’article 42 de la LFSS 2020 prévoit que l’alignement des conditions de remboursement entre princeps et génériques/hybrides ne s’applique qu’après deux ans suivant la publication au Journal officiel du prix du premier générique du groupe.